undefined« Abstractions suggestives »

du 16 au 27 avril
La démarche artistique de Yannick Pignot prend « véritablement naissance – consciemment – lors de la rédaction de mon mémoire de master d’arts plastiques en 1997 (Sorbonne), et ne cessera d’évoluer selon les diverses influences, expériences artistiques et culturelles, qui vont, au cours des années, sensiblement alimenter et teinter “ce” regard ». undefined
Cette démarche laisse place à une expression libre de tout contrôle – peinture « automatique » à dominante abstraite – et invite l’indicible à laisser une trace de son passage « à travers l’humble médium que j’incarne furtivement pendant cet instant créatif, ce moment de révélation… ». Il s’agit d’une invitation à un voyage intérieur, à chacun d’y voir et de ressentir ce que lui suggère cette trace indélébile… cet éclat d’âme !

undefinedPatachou, une histoire d’ours

26 & 27 avril
Patachou est un jeune ours. Un ours heureux, avec une bonne densité de poil grâce au miel et aux fruits des bois qu’il mange. Patachou vit tranquillement dans la forêt, jusqu’au jour où il reçoit une lettre qui va changer sa vie.
Le calme qui y régnait va être perturbé : il vient de gagner un canapé́ ! Ce spectacle est un clin d’œil aux jeunes enfants sur notre « société de consommation ». Une manière poétique et détournée de leur montrer que d’acquérir des nouveaux objets ne nous rend pas toujours plus heureux. Textes, chansons et interprétation : Émilie Feron. Au Centre culturel du Mont-Dore.

 

 

 

 

 

undefinedCyrano de Bergerac

26 & 27 avril
Cyrano est un mousquetaire intrépide, appartenant à la compagnie des Cadets de Gascogne. Il est amoureux de sa cousine, Roxane, mais n’ose pas se déclarer... Car elle est belle et il est laid, affligé d’un énorme nez. Par amour pour elle, désespéré, il accepte de protéger son rival Christian et va même jusqu’à l’aider à séduire Roxane.
Écrite en 1897, Cyrano de Bergerac est la plus célèbre pièce de théâtre d’Edmond Rostand, mais aussi l’une des pièces françaises les plus réputées, dont le rôle principal est l’un des rôles les plus intéressants à jouer pour les comédiens.
Elle est librement inspirée d’un personnage réel, Hercule Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655). Au Centre culturel du Mont-Dore.

 


undefinedL’animal dans l’art contemporain

Depuis le 15 avril et jusqu’à mi-octobre, l’Art Bus municipal se rend dans 35 écoles publiques et privées avec sa nouvelle exposition. Depuis les peintures rupestres, tous les âges de l’art se sont intéressés à la chose animale pour en offrir une lecture représentative de leur temps. L’artiste, qui réquisitionne à son profit la figure de l’animal, travaille aussi sa propre part animale. Il la fait ainsi remonter jusqu’à son œuvre.
Aucun doute, « l’animal-pour-l’art » est bien un prétexte, un élément parmi d’autres d’une stratégie cognitive : « mon-corps » ne supporte pas de ne pas se connaître, de devoir supporter trop de doute. Animal, aide-moi à me connaître !
Cette année, l’exposition de l’Art Bus est ouverte en matinée (de 8 h à 11 h 30) aux élèves de CE2, CM1 et CM2, ainsi qu’aux élèves de CLIS. En 2020, cette même exposition sera proposée aux élèves de CP, CE1 et CE2.
En complément de la visite de l’exposition dans l’Art Bus, un dossier pédagogique et des pistes d’ateliers sont proposés aux enseignants, afin de permettre l’illustration du thème des œuvres au-delà de la visite de l’exposition.


Lundi 15, mardi 16 et mercredi 17 avril : école Antoinette Charbonneaux (Magenta)
Jeudi 18 avril : école Jean Mermoud (Tuband)
Mardi 23 et mercredi 24avril : école Michel Cacot (Magenta)
Jeudi 25 avril : école Ernest-Risbec (N’Géa)
L’ensemble des dates est disponible sur le site de la mairie de Nouméa