Au début de cette 10e saison, Clem, qui continue à se reconstruire après six ans passés dans le coma et la mort de sa mère, se recentre sur l’essentiel : ses enfants. Lucie Lucas revient sur les enjeux de cette nouvelle saison.

undefined

« Clem n’a pas le choix : elle doit avancer. »

Où en est Clem aujourd’hui ?
Mon personnage se concentre sur l’essentiel : ses enfants. Clem a trouvé un emploi dans une usine de textile et elle aspire plus que jamais à savourer le goût des choses simples. Sortie de cet état d’urgence cataclysmique dans lequel elle se trouvait la saison dernière, elle va mieux.

« Chaque jour, je dois faire l’effort de ne pas être triste, mais je n’ai pas fait mon deuil », affirme votre personnage en ce début de saison. Qu’en pensez-vous ?
Effectivement, Clem n’a pas du tout eu le temps de faire son deuil. Elle est sortie du coma et a appris simultanément la mort de sa mère et que six ans s’étaient écoulés ! Ses enfants la reconnaissaient à peine et elle ne pouvait plus marcher. Son urgence a été de retrouver un minimum de motricité tout en regagnant l’affection de ses enfants et son rôle de maman. Clem n’a pas le choix : elle doit avancer. C’est une femme forte qui s’est construite dans l’épreuve.

Dans ces circonstances, est-elle prête à vivre une histoire d’amour avec Fred ?
Elle vient tout juste de se stabiliser et hésite à se lancer dans une nouvelle histoire d’amour bien qu’elle s’attache à Fred, dont la présence la rassure. Elle redoute de faire des choix qui pourraient à nouveau déstabiliser son foyer. Elle a donc beaucoup de mal à se laisser aller. Pourtant, elle a besoin de s’octroyer un peu de douceur et d’insouciance.

Dix ans, c’est aussi l’occasion de dresser un bilan. Qu’est-ce qui continue à vous séduire depuis le début de cette longue aventure ?
Les scénarios continuent à me plaire et j’ai envie de les défendre. Les auteurs sont très créatifs. Ils ne choisissent jamais la facilité et essaient beaucoup de choses afin que le public ne se lasse pas et se retrouve dans cette série. Ils aiment jouer avec les nerfs des téléspectateurs - en particulier dans cette saison - et c’est très réussi. L’engouement du public me touche toujours beaucoup.