En France, l’hoEn France, l’homéopathie risque de ne plus être remboursée. Certains professionnels se mobilisent pour défendre cette offre de soins largement utilisée en Nouvelle-Calédonie. À tel point qu’ils ont décidé de se fédérer
en association. méopathie risque de ne plus être remboursée. Certains professionnels se mobilisent pour défendre cette offre de soins largement utilisée en Nouvelle-Calédonie. À tel point qu’ils ont décidé de se fédérer
en association.

undefined

 

«Nous regroupons des médecins, des pharmaciens, des sages-femmes, des vétérinaires, des dentistes. Tous ont suivi une formation homéopathique de qualité et reconnue par leurs pairs », rappelle Muriel Aulagne, présidente de la jeune Association des homéopathes de Nouvelle-Calédonie, AHNC.
Cette dernière partage les convictions de son aîné, le Syndicat national des médecins homéopathes (SNMHF) à travers un Livre blanc formulant des propositions concrètes dans l’offre de soins et demandant un moratoire sur la question suite à la décision favorable de la Haute Autorité de la santé délivrée fin juin de « dérembourser » les petits granules.
C’est en réalité au président de la République de trancher. Pour l’AHNC, « la Nouvelle-Calédonie, en termes de santé, a le pouvoir de décider ce qu’elle veut, ce qu’elle pense être bon pour sa population. Les Calédoniens se soignent de plus en plus par homéopathie, on le voit en pharmacie tous les jours ! »
L’inquiétude de l’AHNC : une augmentation mécanique du prix par le biais de la TGC (ou TVA en France) avec un tube qui passerait de 325 F CFP à 900 F CFP, pénalisant ainsi les familles les plus modestes qui suivent des traitements de fond.
« C’est le risque aussi de voir se perdre certaines souches homéopathiques, qui manqueront cruellement à notre arsenal thérapeutique. En Nouvelle-Calédonie, c’est surtout notre seule chance de soigner une frange fragile de la population que sont les femmes enceintes et allaitantes, les nourrissons et les enfants, les personnes âgées polymédicamentées, d’accompagner les personnes dans les soins de support en oncologie. » Emmanuel Macron n’a pas encore tranché pour la France et le bras de fer ne fait que commencer.

undefined

Aller plus loin
En attendant, l’AHNC organise le 9 juillet une réunion de travail pour défendre le remboursement de l’homéopathie et travailler sur un projet de formations en Nouvelle-Calédonie.