Découvrez dans ce documentaire réalisé par Antipodes toute la complexité de la maîtrise de l’énergie en Nouvelle-Calédonie. Hotspot de biodiversité, la Nouvelle-Calédonie s’est engagée dans une politique de réduction de ses émissions de CO2. La transition énergétique s’annonce complexe. Rencontre avec Frédéric Dhie, réalisateur.

undefinedQu’est-ce qui vous a le plus marqué dans vos rencontres ?

Ce qui m’a le plus marqué, c’est l’état d’avancement des projets, notamment sur les îles Loyauté, et la créativité de certains projets comme l’agro-énergie. C’est aussi la volonté des acteurs, institutions mais surtout des entreprises privées, de faire de la Nouvelle-Calédonie un laboratoire pour les énergies renouvelables, expérience qui pourra servir à tous les pays du Pacifique.

Et pour la fameuse transition énergétique ?

C’est le constat que la transition énergétique ne se limite pas à la production d’énergie renouvelable mais commence par l’importance pour la population de prendre conscience qu’on peut moins ou mieux consommer et pour les architectes, urbanistes, constructeurs de maisons individuelles ou de bâtiments privés ou publics que l’on peut mieux construire pour diminuer la consommation électrique.

Quelle est la thématique principale de cette transition énergétique ?

Avant tout, la production d’énergie renouvelable, un secteur en plein développement. Les acteurs de ce secteur sont organisés autour du Cluster Synergie. Ensemble, ils proposent toute la palette technologique actuelle, des éoliennes en passant par les fermes solaires, l’hydro, la biomasse et l’agro-énergie…

Quel rôle peuvent jouer les Calédoniens ?

Le changement d’habitudes : installer des panneaux solaires et un chauffe-eau solaire sur son toit, c’est maintenant à la portée de tous, particuliers en maison individuelle, comme industries de Ducos ou immeubles sociaux. Un vrai boom « vertueux » est en cours !

« Un vrai boom “vertueux” est en cours »