Nouméa est engagée depuis plusieurs mois dans une lutte contre les moustiques transmetteurs de la dengue. EEC a choisi de s’inscrire dans la démarche.

undefined

 

Les 250 pièges à moustiques en cours d’installation dans les quartiers de Nouméa chez les clients qui ont accepté d’en accueillir chez eux nécessitent d’être branchés 24h/24, 7j/7 pendant une durée maximale de 18 mois. Pour cette raison, EEC a souhaité apporter son soutien financier pour compenser la consommation électrique de ces derniers.
Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la ville de Nouméa, l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie et l’Université de Monash en Australie sont partenaires du programme depuis mars 2019 ; ensemble ils œuvrent pour mettre en place le projet pilote à Nouméa.

 

La méthode

Le WMP utilise une bactérie inoffensive et naturelle appelée Wolbachia afin de réduire la capacité du moustique Aedes aegypti à transmettre les virus de la dengue, du zika et du chikungunya. Depuis son déploiement il y a 8 ans dans le nord de l’Australie et des résultats concluants, le WMP s’est étendu à 11 autres pays (dont l’Indonésie, le Vanuatu, le Mexique, le Brésil…) et bénéficie d’un large appui de la part des communautés, des gouvernements et des organismes sanitaires et de biosécurité.
Une fois lâchés dans la nature, les moustiques porteurs de la bactérie se reproduisent et transmettent Wolbachia à leur progéniture. Au fil du temps, la majorité des moustiques sont ainsi porteurs de la bactérie qui bloque la transmission des virus à l’homme. C’est grâce à cette approche innovante qu’on diminue le risque d’épidémie de dengue, de zika ou de chikungunya.

 

Un projet d’envergure

Dans le Pacifique, le programme est également présent chez nos plus proches voisins, en Australie, au Vanuatu et aux îles Fidji. Grâce au financement et au soutien de l’Innovation Xchange du gouvernement australien, le WMP travaille avec les autorités sanitaires fidjiennes, vanuataises et kiribatiennes. Ces projets sont en cours de déploiement dans le corridor Suva-Nausori aux Fidji, à Port-Vila et dans les régions avoisinantes au Vanuatu, et dans le sud de Tarawa et Betio à Kiribati.