Après un premier pari réussi l’année dernière, les deux jeunes chefs français Juan Arbelaez et Julien Duboué, dont la réputation n’est plus à faire sur notre Territoire, se sont à nouveau lancé un incroyable défi : envoyer l’autre dans un pays étranger pour reproduire à l’aveugle un plat traditionnel local, dont ils n’ont jamais entendu parler.

undefined

Pourquoi avez-vous accepté de réitérer l’expérience ?

Julien Duboué : je souhaitais prendre ma revanche après cette petite défaite lors du premier round ! Plus sérieusement, nous nous sommes vraiment régalés lors de notre premier voyage. Lorsque l’on nous a proposé de repartir, nous avons immédiatement accepté. Je suis un homme de défi et rien ne me plaît plus que de repousser mes limites à travers la cuisine.

Juan Arbelaez : je devais remettre mon titre en jeu ! J’aime prendre des risques et goûter aux sensations extrêmes. Cuisine impossible est une aventure très enrichissante. Découvrir un nouveau pays, une autre culture, de nouvelles saveurs gustatives est très important pour notre cuisine quotidienne, nos recettes et nos restaurants.

Quelle cuisine étrangère aimeriez-vous apprendre ?

J.D. : j’ai la chance de beaucoup voyager, mais je préfère les destinations « nature ». Je rêverais d’aller à la pêche aux crabes sur des lacs gelés, de les cuire et les cuisiner avec un fin connaisseur.

J.A. : j’ai toujours été intrigué par l’Asie. Je n’ai pas encore eu l’opportunité de découvrir ce continent et c’est un doux rêve que je nourris. Lorsque l’on me demande quel est mon ingrédient de prédilection, j’aime à répondre que c’est celui que je ne connais pas encore.

Selon vous, la télévision a-t-elle changé le regard du grand public sur la cuisine ?

J.D. : je pense qu’elle a eu un impact important. On l’a vu, on l’a senti et on l’a vécu de l’intérieur. C’est très positif car cela a donné envie à de nombreux jeunes d’embrasser la carrière de cuisiner. Grâce au petit écran, les petits cuisiniers comme nous ont droit à la même exposition que les chefs étoilés et c’est une opportunité formidable.

J.A. : la télévision a énormément désacralisé la cuisine et l’a rendue plus accessible. Les programmes culinaires offrent souvent un regard moins sérieux sur cet univers complexe, plus taquin aussi. Aujourd’hui, on voit des enfants de 12 ans réaliser une crème anglaise, connaître par cœur la recette de la quiche lorraine… C’est formidable !