On parle télé les actus (du 1er août au 7 août 2020)

Deux icônes du foot

undefined

🔵 Hazard/Benteke : réunion de famille 

Deux footballeurs internationaux, deux stars bourrées de talent, deux amis. Le documentaire Hazard/Benteke : réunion de famille est une plongée exclusive dans la vie d’Eden Hazard et de sa longue amitié avec Christian Benteke. L’un a été touché par la grâce très tôt, l’autre est sur un chemin plus chaotique. Le documentaire de Thomas Bricmont, issu de la sélection du festival Anûû-rû Âboro, raconte leur rêve commun formulé à 16 ans de participer ensemble à une Coupe du monde. Leur attachement à leurs proches et à leurs origines, Braine-le-Comte pour l’un, Liège pour l’autre. Leur affection pour une Belgique multiculturelle et bigarrée. Leurs aspirations personnelles actuelles et futures.

Loin du foot business

C’est aussi l’histoire d’un Monsieur Tout-le-monde devenu l’une des plus grandes icônes du football. Eden Hazard, 28 ans, est l’un des meilleurs footballeurs au monde. Lorsqu’il rejoint le Real Madrid, le club le plus titré de la planète, son transfert record s’élève à 100 millions d’euros. Son ami d’enfance, Christian Benteke, 28 ans aussi, est né à Kinshasa. Il arrive quelques années plus tard en Belgique. Il compte plus de trente sélections en équipe nationale belge. En s’appuyant sur les archives de famille d’Eden Hazard et les images de ses meilleurs matchs, Hazard/Benteke : réunion de famille offre un accès unique dans la vie d’une icône du football. Loin des fastes du foot business, Christian Benteke et Eden Hazard échangent, rient et se livrent sans faux-semblants.
Documentaire Anûû-rû Âboro, lundi 3 août, à 21 h 10 sur CALEDONIA

On parle télé les docus (du 1er août au 7 août 2020)

Immanquable

undefined

🔵 Les bâtisseurs du vivre ensemble

Ce nouveau numéro de Sans Tabou nous plonge dans la Nouvelle-Calédonie des années 1960/1970. À l’époque, le pays pouvait s’apparenter à un nouvel Eldorado. Tout était à faire, à construire, à créer, à développer. Un pays plein de promesses et de richesses, qui n’attendait qu’à exploser. Un pays au bout du monde et perdu au milieu du Pacifique, où il n’était pas forcément facile de faire sa place. En première partie d’émission, le documentaire de Florence d’Arthuys, Au garage à Ducos, nous raconte l’histoire des bâtisseurs, arrivés en masse et de tous horizons pour œuvrer à l’essor du Caillou, à sa modernisation, en renfort de la population locale et océanienne, enfin prête à leur propre développement.

Regards croisés

« À cette époque, on s’interrogeait sur les fondements de vivre ensemble, détaille Jaimie Waimo, directeur des programmes de CALEDONIA et présentateur de l’émission. Selon l’un des personnages du documentaire, il fallait qu’il y ait un Blanc, un Kanak, un Wallis et un Caldoche dans une équipe de travailleurs pour qu’elle soit bien perçue. Il disait, je cite, “il ne fallait pas qu’il y ait que des Blancs ou que des Wallisiens dans une équipe”, c’était mal perçu. Le personnage principal dit aussi qu’ils étaient mieux accueillis par les Kanak que par les Caldoches… C’est un aspect tabou encore aujourd’hui. »
En seconde partie, Jaimie Waimo reçoit Christiane Terrier, historienne et auteure du livre « Nouméa, de 1854 à nos jours ». Elle dépeint pour nous l’histoire de Ducos, la place de cette zone dans le développement de la ville de Nouméa et de la Nouvelle-Calédonie, et ce qu’elle est devenue aujourd’hui.
Sans Tabou, lundi 3 août à 19 h 20 sur CALEDONIA

On parle télé 100% local (du 1er août au 7 août 2020)

EXCEPTIONNEL

undefined

🔵 LE CORPS DE LA VILLE

Découvrez cette série de 10 numéros sur la danse en Nouvelle-Calédonie, en collaboration avec « Le Corps de la ville ». Itinéraires rallume les projecteurs sur les danseurs du pays qui pourraient changer notre vision du rythme dans les décors époustouflants de la Nouvelle-Calédonie. Un lieu dans la ville, un danseur seul ou en groupe, une histoire poétique de ce lieu… « Le Corps de la ville » aujourd’hui réunit des épisodes réalisés par Nicolas Habas dans 10 villes réparties sur 5 pays de l’Union européenne, avec 130 danseurs, de l’amateur complet au chorégraphe renommé.

 

Let’s dance!

« Le Corps de la ville » à Nouméa est une balade documentaire à travers les paysages naturels et le patrimoine architectural de la Nouvelle-Calédonie. Huit chorégraphes et danseurs calédoniens vont investir huit espaces emblématiques de l’île et les mettre en dialogue avec leurs corps. Du chorégraphe contemporain Richard Digoué au hip-hop d’auteur de Soufiane Karim, en passant par la tradition kanak de la troupe du Wetr ou la danse classique de Julien Leboulanger, ils vont raconter l’histoire qui les lie intimement à des lieux comme les cellules du bagne de Nouville, les berges rouges du lac artificiel de Yaté, la maison de maître du château Hagen ou la cité HLM Pierre Lanquette. Certaines séquences vont également intégrer des groupes de danseurs non professionnels.
Mardi 4 août à 20 h dans Itinéraires, sur NC La 1ère

On parle télé 100% local (du 25 juillet au 31 juillet 2020)

À NE PAS MANQUER

undefined

🔵 Une vie de famille métissée 

L’émission Premiers Pas retrace l’histoire de la famille Yongomene et de ses enfants métisses wallisien-kanak. Des reportages et une discussion en plateau qui nous interrogent : quel est l’impact de nos origines sur l’éducation de nos enfants ?
Dans la famille Yongomene, il y a Johannes, le papa originaire de Maré, et Marie-Josée, la maman d’origine wallisienne. Une rencontre pendant les études en Australie dans les années 90 et, trois enfants plus tard, Marie-Josée nous raconte sur le plateau de Premiers Pas cette vie de famille métissée. Les difficultés à faire accepter son mariage à sa famille, l’éducation de ses enfants, les langues que l’on parle (ou pas) à la maison.

La transmission culturelle

Une histoire métissée, parmi tant d’autres en Nouvelle-Calédonie. Aux côtés de Marie-Josée, Mara Lurde reçoit aussi Larry Martin, sociologue. L’occasion de nous interroger sur la culture que l’on transmet à nos enfants. « On parle de couples mixtes, mais en réalité toutes les histoires de famille sont mixtes. Dans tous les couples, chacun a son histoire, sa façon de faire et c’est un mélange de tout cela que l’on transmet à nos enfants », explique Mara Lurde, la présentatrice.
L’émission interroge à la fois le passé – avec le récit de ceux qui étaient enfants métisses dans les années 1950 – mais aussi l’avenir, avec le témoignage des adolescents d’aujourd’hui.
Premiers Pas, mardi 28 juillet, à 18 h 20 sur CALEDONIA.

Billets plus récents → Accueil ← Billets plus anciens